Les plantes aromatiques, de la tradition à nos jours

Les plantes aromatiques, de la tradition à nos jours

 

J’ai grandi au Domaine de la Roseraie à Ouirgane entourée de plantes aromatiques, romarin, thym,
sauge... Je me souviens encore de Fatna, qui au moindre de nos bobos avait le remède parfait, puisé dans
la mémoire de savoirs ancestraux. Inspirée par mes souvenirs d'enfance, la magie de cette vallée du Haut
Atlas, j’ai voulu rendre hommage à ces femmes berbères qui ont marqués mon enfance et transmettre
leur savoir.


Je me souviens de ce thé aux plantes aromatiques, communément appelé « takhlita », que Fatna me
préparait après un repas trop lourd et plus particulièrement en cas d’indigestion. J’ai gardé cette habitude
de préparer ce thé en mélangeant différentes plantes sans trop savoir si réellement elles avaient un effet
bénéfique sur mon organisme. A vrai dire, le simple fait de préparer un thé à la mode de mon enfance avait
en soit un côté réconfortant et revigorant.

Mais il me fallait quand même comprendre ! Je me suis alors imaginée adulte face à Fatna, lui posant toutes
ces questions qui se bousculaient dans ma tête sur le pourquoi du comment de cette recette magique
qu’elle me concoctait et qui miracle, me soulageait !

- Fatna quelles plantes mets tu dans ce thé ? Je met les plantes que je trouve dans la montagne
fonction de la saison: du zater (thym), azir (romarin), salmia (sauge), lartacha (géranium rosat),
timija (menthe poivrée)…

- Tu mets les mêmes plantes à chaque fois ? Non, tout dépend du bienfait recherché ! Si c’est
pour aider la digestion après un repas lourd, alors je les mets toutes et je les agrémente de
quelques grains de thé vert. Mais rappelles toi quand tu avais mal au ventre, mon infusion était
plus amère parce que je ne mettais que du thym et du romarin.

- Comment sais tu quelle plante utiliser ? Ça ma fille, c’est ma mère qui me l’a appris, elle même
l’a appris de sa mère… La transmission, c’est notre école à nous. A la montagne de mon temps les
écoles étaient rares et les filles n’y allaient pas.

Ce thé qui me semblait banal prenait une autre dimension à travers la connaissance de ces plantes. Cela a
aussi fait écho dans ma mémoire avec un autre souvenir d’enfance, où mon père en créant le Domaine de la
Roseraie il y’a 45 ans a voulu réaliser son rêve : un lieu unique où se ressourcer en puisant dans la nature
environnante. Sa vision a été confortée par sa rencontre à la Roseraie avec le Docteur Jean Valnet, père de la
phyto-aromathérapie moderne, qui a codifié dans les années 50 les propriétés et pouvoirs thérapeutiques
des plantes.

Fatna, mon père, le Dr Valnet …tout me ramenait aux plantes aromatiques !
Que ce soit à la montagne, ou sur les charrettes des vendeurs ambulants en ville, ces plantes font partie de
nos vies. Si simples à utiliser en tisane et aux vertus thérapeutiques oubliées :

Le Thym est le meilleur allié des infections intestinales et indigestions, il nettoie et renforce
l’immunité de l’organisme.

Le Romarin est antispasmodique, mais il a aussi diverses autres vertus : expectorante; il est idéal en
cas de bronchite, antidouleur; il soulage les rhumatismes…

La Sauge a aussi des propriétés digestives et soulage les ballonnements.

La Menthe poivrée et le Géranium rosat sont aussi antispasmodiques, mais ce que j’aime surtout
dans le Géranium rosat, c’est son gout parfumé qui couvre l’amertume du thym et du romarin.

La recette de Fatna : pour faire votre takhlita maison, achetez chez votre marchand un assortiment de
plantes aromatiques, ou si vous en avez l’occasion, cueillez des plantes fraiches. Mélangez quelques brins
de chaque dans la théière, et laissez infuser 3-4 min dans de l’eau bouillante. Vous pouvez aussi y ajouter de
la menthe si vous voulez un thé plus parfumé et quelques grains de thé pour corser le tout.

En cas de mal de ventre, préparez alors une tisane de thym et romarin, que vous laissez infuser quelques
minutes et filtrez avant de boire.

Le + bien-être : les plantes aromatiques sont très utilisées dans le monde du bien-être en massage,
notamment pour les pochons aromatiques ou encore appelés « tampons de Siam ». Cette technique
ancestrale vient de  Thaïlande. Elle consiste a réaliser des ballotins de plantes (sélectionnées en fonctions
des bienfaits souhaités : stimulants, relaxants) qui sont d’abord chauffés à la vapeur puis trempés dans une
huile chaude qui va permettre de diffuser leurs bienfaits. Le praticien va alors masser l’ensemble du corps
en travaillant le long des lignes énergétiques : les méridiens. Associé à la chaleur, ce massage énergisant
élimine les tensions, et soulage les douleurs rhumatismales et articulaires.

Pour en savoir + : je vous recommande le livre du Dr Abdelhaï Sijelmassi « Les plantes médicinales du
Maroc »  répertoriant toutes les plantes avec leurs recommandations thérapeutiques.

« Les plantes soignent, apaisent, purifient, embellissent.
Elles vivent et nous insufflent leur vie et leurs pouvoirs »


Dr Sijelmassi

Kenza Fenjiro
Directrice du spa « La Roseraie Spa Retreat »

Article paru dans NAFS Magazine – Février 2016
www.nafs.ma

Articles récents